Déménagement au Gabon

Notre stratégie commerciale repose sur le fait que nous sommes la banque de choix des entreprises du continent africain.

À PROPOS DU GABON

Le Gabon, officiellement République gabonaise, est un État souverain situé sur la côte ouest de l’Afrique centrale. Situé Sur l’équateur, le Gabon est bordé au nord-ouest par la Guinée équatoriale, au nord par le Cameroun, République du Congo à l’est et au sud et le golfe de Guinée à l’ouest. Il a une superficie de presque 270 000 kilomètres carrés (100 000 km2) et sa population est estimée à 2 millions d’habitants. Son capital et la plus grande ville est Libreville.

 

Introduction

Depuis son indépendance de la France en 1960, le Gabon a eu trois présidents. Au début des années 1990, le Gabon introduit un système multipartite et une nouvelle constitution démocratique permettant une plus grande transparence processus électoral et réformé de nombreuses institutions gouvernementales. Le Gabon était également membre temporaire du Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2010-2011.

Le pétrole abondant et les investissements privés étrangers ont contribué à faire du Gabon l’un des plus pays prospères de l’Afrique subsaharienne, avec le quatrième IDH et le troisième PIB par habitant (après la Guinée équatoriale et le Botswana) dans la région. Le PIB a augmenté de plus de 6% par an de 2010 à 2012. Cependant, en raison de l’inégalité dans la répartition des revenus, une proportion importante des la population reste pauvre.

Lire la suite

La géographie

Le Gabon est situé sur la côte atlantique de l’Afrique centrale. Situé à l’équateur, entre 3 ° de latitude nord et 4 ° S et les longitudes 8 ° et 15 ° E. Le Gabon a généralement un climat équatorial avec un système étendu des forêts pluviales couvrant 85% du pays. Il existe trois régions  distinctes: les plaines côtières (comprises entre 20 et 300 km) depuis le rivage de l’océan), les montagnes (les montagnes du Cristal au nord-est de Libreville, le Chaillu Massif au centre) et la savane à l’est. Les plaines côtières forment une grande partie du monde L’écorégion des forêts côtières de l’Atlantique Equatorial Atlantique appartenant au Fonds pour la protection de la nature et contenant des parcelles de mangroves, en particulier sur l’estuaire de la rivière Muni, à la frontière avec la Guinée équatoriale.

Le plus grand fleuve du Gabon est l’Ogooué, long de 1 200 kilomètres. Le Gabon compte trois zones karstiques où il y a des centaines de grottes situées dans les dolomies et les roches calcaires. Certaines des grottes comprennent la Grotte du Lastoursville, la Grotte du Lebamba, la Grotte du Bongolo et la Grotte du Kessipougou.

De nombreuses grottes n’ont pas encore été explorées. Une expédition National Geographic a visité les grottes de la été 2008 pour les documenter.

Le Gabon est également connu pour ses efforts visant à préserver l’environnement naturel. En 2002, le président Omar Bongo Ondimba a désigné environ 10% du territoire de la nation pour faire partie de son système de parcs nationaux (avec 13 parcs au total), l’une des plus grandes proportions de parcs naturels au monde. L’Agence Nationale pour Les parcs nationaux gèrent le système de parcs nationaux du Gabon.

Les ressources naturelles comprennent le pétrole, le magnésium, le fer, l’or, l’uranium et les forêts.

Lire la suite

Économie et infrastructure

The Gabonese economy is dominated by oil. Oil revenues account for about 46 percent of the government budget, 43 percent of gross domestic product (GDP) and 81 percent of exports. Oil production is currently declining rapidly to a peak of 370,000 barrels per day in 1997. According to some estimates, Gabonese oil will be spent by 2025. Despite declining oil revenues, planning is only now beginning to a scenario after oil. The Grondin oil field was discovered at water depths of 50 m (160 ft) and at a distance of 40 km (25 mi) offshore, in 1971 and produced from Batanga sandstone of Maastrichtian age forming a anticlinal structural salt trap about 2 km (1.2 mi) deep.

Gabonese public expenditures corresponding to years of significant oil revenues have not been spent effectively. Excessive spending on the Trans-Gabon railway, devaluation of the 1994 CFA franc and periods of low oil prices have caused serious debt problems that continue to plague the country.

Le Gabon a acquis une mauvaise réputation auprès du Club de Paris et du Fonds monétaire international (FMI) au cours des deux dernières décennies gestion de sa dette et de ses revenus. Les missions successives du FMI ont critiqué le gouvernement pour dépenses excessives consacrées à des postes hors budget (bonnes et mauvaises années), surendettement auprès de la Banque centrale, et glissant sur le calendrier de la privatisation et de la réforme administrative. Cependant, en septembre 2005 Le Gabon a conclu avec succès un accord de confirmation de 15 mois avec le FMI. Un autre stand-by de 3 ans L’arrangement avec le FMI a été approuvé en mai 2007. En raison de la crise financière et du climat social
événements entourant la mort du président Omar Bongo et les élections, le Gabon n’a pas pu atteindre ses objectifs économiques dans le cadre de l’accord de confirmation de 2009. Les négociations avec le FMI étaienten cours.

Les revenus pétroliers du Gabon lui ont permis d’atteindre un PIB par habitant de 8 600 dollars, un chiffre exceptionnellement élevé pour la région. Cependant, un La distribution des revenus asymétrique et les indicateurs sociaux médiocres sont évidents. Les 20% les plus riches de la population gagnent plus de 90% du revenu tandis qu’environ un tiers de la population gabonaise vit dans la pauvreté.

L’économie dépend fortement de l’extraction, mais les matières premières sont abondantes. Avant le découverte de pétrole, l’exploitation forestière était le pilier de l’économie gabonaise. Aujourd’hui, exploitation forestière et extraction de manganèse sont les prochains générateurs de revenus les plus importants. Des explorations récentes suggèrent la présence de Le plus grand gisement de minerai de fer inexploité au monde. Pour beaucoup de ceux qui vivent dans des zones rurales sans accès à d’emploi dans les industries extractives, les envois de fonds des membres de la famille dans les zones urbaines ou les activités de subsistance fournissent un revenu.

Les observateurs étrangers et locaux ont déploré le manque de diversité de l’économie gabonaise. Divers facteurs ont jusqu’ici limité le développement de nouvelles industries:
 Le marché est petit, environ un million
 Dépend des importations en provenance de France
 Incapable de capitaliser sur les marchés régionaux
 Le zèle entrepreneurial n’est pas toujours présent chez les Gabonais
 Un flux de pétrole “régulier” assez régulier, même s’il diminue

La faiblesse des infrastructures complique la poursuite des investissements dans les secteurs agricole ou touristique. Le petit Les secteurs de la transformation et des services existants sont largement dominés par quelques investisseurs locaux de premier plan.

At the insistence of the World Bank and the IMF, the government embarked in the 1990s on a privatization program of state-owned enterprises and administrative reform, including the reduction of public sector employment and wage growth, but progress has been slow. The new government has expressed its commitment to working economic transformation of the country but faces significant challenges to achieve this goal.

Lire la suite

DÉMOGRAPHIE

Le Gabon a une population d’environ 2 millions d’habitants. Les facteurs historiques et environnementaux ont causé le Gabon déclin de la population africaine entre 1900 et 1940. La densité de population du Gabon est l’une des plus faibles du monde pays d’Afrique et le quatrième indice de développement humain en Afrique subsaharienne.

Lire la suite

LANGUES

On estime que 80% de la population gabonaise parle français et que 30% des habitants de Libreville sont locuteurs natifs de la langue. Au niveau national, 32% de la population gabonaise parle le fang en tant que langue étrangère langue maternelle. En octobre 2012, juste avant le 14e sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie, le pays a déclaré son intention d’ajouter l’anglais comme seconde langue officielle, en réponse à une enquête de la France sur la corruption dans le pays africain, bien qu’un porte-parole du gouvernement a insisté c’était pour des raisons pratiques seulement. Il a ensuite été précisé que le pays avait l’intention d’introduire l’anglais en tant que première langue étrangère dans les écoles, tout en gardant le français comme moyen général d’enseignement et langue officielle.

Lire la suite

CULTURE


A traditionally oral country until the spread of literacy in the 21st century, Gabon is rich in folklore and mythology. “Raconteurs” are currently working to keep living traditions such as mvett among the Fangs and ingwala among the Nzebis.

Gabon also features internationally renowned masks, such as the n goltang (Fang) and the relicary figures of Kota. Each group has its own set of masks used for various reasons. They are mainly used in traditional ceremonies such as marriage, birth and funerals. Traditionalists work mainly with rare local woods and other precious materials.

Lire la suite